Coupe de France

Le capitaine mystère de l’équipe de coupe de France était donc le président himself! Voilà le compte rendu de notre vrai fausse défaite au premier tour…

J’ai visiblement un problème avec le club d’échecs de Bergerac. Il y a trois ans j’avais dû disputer un match épique de cent-cinq coups face à un adversaire haut en couleur. Ce dimanche après-midi, j’ai donné la composition d’équipe et suis ressorti prendre l’air . Juste devant la porte, j’ai alors senti quelque chose d’humide tomber sur mon bras. Un pigeon venait de se soulager, sans doute pour me souhaiter la bienvenue. Quel accueil sympathique et chaleureux ! Devant l’hilarité générale, je suis resté digne, estimant que cela devrait me porter bonheur.

Pour ce premier tour de la Coupe de France, nous avons présenté deux anciens grognards de la garde échiquéenne et deux jeunes dont c’était la première partie officielle. Nos adversaires étaient mieux classés et nous n’étions pas favoris mais nous étions déterminés à vendre chèrement notre peau.

Malheureusement, Nicolas a mal négocié son ouverture et s’est retrouvé assez vite avec deux pions de moins. Il a vaillamment résisté, le plus longtemps possible mais ce mauvais départ initial a finalement tout compromis. Mon début de partie était plutôt médiocre ( qui a dit « comme d’habitude »?) et je me suis senti obligé de prendre des risques pour maintenir l’équilibre matériel. Cependant, mon adversaire a obtenu deux pions passés liés sur l’aile dame. J’ai alors tenté une double attaque avec ma dame sur les pions b4 et f7 en espérant que les noirs se trompent de défense. Bingo ! Obnubilés par l’espoir d’une promotion, ils n’ont pas vu la menace sur f7 qui m’offrait le mat en deux. L’échange forcé de la dame contre ma tour m’a permis de gérer sereinement la fin de partie. Enfin une victoire, depuis bien longtemps. Un grand merci au généreux pigeon qui m’a placé dans les meilleures dispositions. Au premier échiquier, Alain avait fort à faire contre un très fort joueur très expérimenté. Il a choisi de prendre des risques et d’être le plus actif possible. Cela ne lui a pas suffi pour déjouer les pronostics. La grosse performance est venu de Paul qui a choisi de sacrifier une pièce contre deux pions afin de les pousser pour une attaque irrésistible. Il a ainsi forcé à l’abandon un adversaire tout de même classé 1746. Pas mal pour une première partie notée.

Ce joli match nul 2 à 2 n’a pas été suffisant pour se qualifier pour le tour suivant. Dans cette compétition, en cas d’égalité c’est le résultat du premier échiquier qui prime. Cette défaite honorable aura au moins constitué un bon entraînement pour la reprise des interclubs et aura vu les premiers pas de deux talents prometteurs. Résultats

A bientôt,
François